Budget participatif #2 : Des balançoires musicales et lumineuses venues du Québec

user.username La fabrique citoyenne, le 25 avril 2017 0 commentaire

a614870225.jpeg

Photo Jay Fenech

DANS LE CADRE DE LA SAISON 2 DU BUDGET PARTICIPATIF DE LA FABRIQUE CITOYENNE, QUELQUE 925 RENNAIS ONT VOTÉ POUR L’INSTALLATION DE 21 BALANÇOIRES MUSICALES. UN CONCEPT LUDIQUE ET ARTISTIQUE VENU DE MONTRÉAL, PORTÉ PAR ELECTRONI[K].



Un grand-père pose sa canne et s’assoit sur la balançoire qui s’éclaire. Une petite fille et sa mère font de même. Débute au gré des balancements un doux carillonnage lumineux, en trio. 
Dans le quartier des spectacles, ce jour-là, l’installation éphémère des 21 balançoires du collectif montréalais « Daily Tous les jours » réveille de discrètes bulles sonores et fait pétiller la magie estivale de Montréal. Cette scène conviviale et intergénérationnelle, les Rennais auront tout le loisir de la vivre, à l’année, dès 2018. 

Un projet porté par Electroni[k], choisi par un millier de Rennais

Cette idée de « coopération musicale », invitation faite aux passants de créer une petite œuvre sonore interactive, dans l’espace public, tout en se balançant, a séduit les deux Rennais Cyril Guillory et Gaétan Nael de l’association Electroni[k]. « C’était en 2011, lors d’un voyage à Montréal. Nous avons pris contact avec Melissa Mongiat et Mouna Andraos, les deux créatrices designeuses québécoises. Nous souhaitions installer ces balançoires pour le festival Maintenant que nous organisons à Rennes, tous les ans en octobre ».  Trop coûteux pour une durée limitée, le projet a muri côté rennais, en même temps que la structure montréalaise qui a connu une montée en puissance spectaculaire. « Aujourd’hui, la Daily Tous les jours compte une quarantaine de collaborateurs et propose des projets de design interactif dans le monde entier », souligne Cyril.

Six villes du monde accueilleront cette « coopération musicale »

Rennes sera l’une des six villes dans le monde (deux en Europe, deux en Asie et deux en Amérique du Nord), à accueillir de façon pérenne les 21 balançoires. Le lieu proposé par l’association est le mail François Mitterrand.  « Il nous semble un lieu porteur », note Florine Rupin d’Electroni[k]. Choix qu’il faudra valider après une phase de concertation avec les habitants et les services municipaux.  
Et d’ajouter : « Avec un budget  de 300 000 euros, il nous semblait important que les Rennais soient consultés sur l’intérêt ou non de développer un tel projet. Le budget participatif était pour nous l’échelle intéressante pour le faire ». 
Si les bases sont posées, tout reste encore à mettre en œuvre. Après quelques adaptations concédées aux normes françaises, une réflexion possible pour que les pièces sonores diffusées soient créées par un Rennais ou encore la formation d’un agent municipal pour l’entretien de la structure… le projet volera de ses propres ailes.    

« Nous aimons réenchanter l’espace public au quotidien avec des œuvres artistiques et des propositions ludiques. Une façon d’aller à la rencontre de différents publics, dans des lieux souvent atypiques », explique Florine d’Electroni[k]. L’association rennaise développe des  projets innovants de création contemporaine, alliant arts visuels, arts sonores et nouvelles technologies. Les Rennais ont encore en mémoire les lapins gonflables Intrude de Amanda Parer installés en octobre dernier, sur le Mail François Mitterrand, dans le cadre du festival Maintenant.


Christine Barbedet