Budget participatif #2 : Un café associatif dans la ferme des Gallets rénovée

user.username La fabrique citoyenne, le 25 avril 2017 2 commentaires

be00dbd024.jpg

Le projet de café associatif dans la ferme des Gallets rénovée, proposé par Maela Rozay et Dominique Lanoe, a recueillis le vote de 526 Rennais et a donc été retenu – Photo C.Le Dévéhat

DANS LE CADRE DE LA SAISON 2 DU BUDGET PARTICIPATIF DE LA FABRIQUE CITOYENNE, 526 RENNAIS ONT VOTÉ POUR LA RÉNOVATION DE LA FERME DES GALLETS AFIN D’Y INSTALLER UN CAFÉ ASSOCIATIF. C’EST L’UN DES DEUX PROJETS RETENUS DANS LE QUARTIER JEANNE D’ARC- BEAULIEU-LONGCHAMPS, PORTÉ PAR MAELA ROZAY ET DOMINIQUE LANOE. 

«  Depuis le vote, trois ou quatre personnes nous ont contactées pour rejoindre notre projet et nous avons même un pianiste qui s’est engagé à jouer, une fois le café associatif ouvert ». Maela et Dominique ont plus d’une idée en réserve. Dans la ferme des Gallets une fois rénovée, elles souhaitent ouvrir un lieu convivial qui aura vocation à rassembler les résidents, les étudiants ou les salariés du quartier des Longs-Champs. « On pourrait démarrer par l’ouverture d’un café qui servirait des boissons et une petite restauration le midi, en introduisant des soirées conviviales », note Maela. Dominique imagine par exemple que les permanences pourraient être tenues par les retraités du quartier. 

Un rêve : sauver la grange et lui redonner vie

Maela explique avoir rêvé ce projet. « J’habite dans le quartier depuis dix ans. Tous les habitants s’accordaient pour dire qu’il fallait faire quelque chose pour sauver cette grange et lui redonner vie. Je me suis dit pourquoi pas faire une proposition dans le cadre du projet participatif ».  
C’est à  l’occasion d’une réunion d’accompagnement des futurs porteurs de projet du budget participatif, organisée par l’association Vivre aux Longchamps, que Maela rencontre Dominique : « Un  café associatif à la ferme des Gallets me semblait un projet intéressant à soutenir.  J’habite le quartier depuis plus de trente ans et je trouve qu’il n’y a pas assez d’endroits pour profiter de la nature en prenant son temps. De plus c’est un quartier où il y a du potentiel, avec les établissements scolaires, les associations, le pôle santé et le pôle technologique par exemple ».

Un chantier participatif pour un lieu de partage

Ensemble, les nouvelles complices posent quelques fondamentaux sur papier, sans même avoir pu visiter la grange, fermée depuis des lustres. Dominique imagine un chantier participatif et Maela, une cantine associative pour partager des plats du monde entier, concoctés par exemple avec les étudiants du quartier, un lieu verdoyant pour boire un verre en terrasse, un endroit spacieux pour fêter les anniversaires des enfants … Très volontaire, le duo obtient l’avis favorable des services de la Ville. « Ces derniers ont chiffré le coût de la remise en état à 500 000 euros ». 
Dominique appose 140 affichettes dans les cages d’escalier. Maela motive les parents d’élèves du quartier et compose un QR code pour permettre à chacun de consulter le projet sur portable. 
« Quand j’ai vu les votes progresser, je me suis dit que le projet pourrait enfin se réaliser », explique Maela. Reste désormais à concrétiser un rêve devenu tangible : « C’est un projet participatif où tous les habitants doivent aussi y mettent du leur », insiste Dominique. 
Avis aux amateurs ! Pour participer : [email protected]

Christine Barbedet